#ChallengeAZ │ C… De Chaunay au Paraguay

De Chaunay (Vienne 86) au Paraguay ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Petite chronique d’une recherche

L’année dernière, je relevais les mariages de Chaunay du fin 19e siècle. Plusieurs mariages PARADOT ont eu lieu et le père d’un des époux, Alexis PARADOT était mentionné « décédé à la Colonie Nationale Presidente Gonzalez » au Paraguay en décembre 1892.

Mariage d'Emile PARADOT et Florina PETIT à Chaunay, Vienne 86, généalogie

Acte de mariage à Chaunay le 15 février 1898 d’ Emile PARADOT avec Florina Françoise PETIT © Archives départementales de la Vienne ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Mon arrière grand-mère étant une PARADOT et originaire du sud Vienne, cette information m’a interpellée. Y avait-il un lien entre ces deux familles ? J’ai « lancé » un message sur le forum du CGP. Sans résultat. J’ai cherché la « Colonie Nationale » sur des sites relatifs à l’émigration en Amérique du sud. Sans succès…. Quelques mois plus tard, je découvre par hasard qu’un adhérent du CGP s’appelle M. BOLCATTO-PARADOT, qu’il est franco-argentin et qu’il « descend » d’Alexis PARADOT (mort au Paraguay). Nous nous découvrons cousins … à la 10e génération. 

Reconstituer le parcours des PARADOT partis au Paraguay n’est pas une mince affaire. Grâce notamment aux souvenirs familiaux de M. BOLCATTO, aux registres d’état-civil, aux recensements et aux registres des insoumis (hommes ne s’étant pas présentés à la conscription militaire), on peut retracer l’histoire de 2 familles migrantes en Amérique du Sud.

Le contexte à Chaunay

Plan de situation à Chaunay ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Alexis PARADOT est né le 02/06/1841 à Brux (86), marié à Madeleine (ou Marie Madeleine) PETIT en 1865 ; il est charpentier. De 1866 à 1886, ils habitent « le Fouilloux », un petit hameau au nord de Chaunay. En 1886, ils ont 7 enfants : Alexis, 17 ans, Aristide, 16 ans, Jules, 14 ans, Emile, 13 ans, Jeanne, 12 ans, Suzanne 9 ans, François, 7 ans, tous nés à Chaunay.

Louis POUILLOUX est né le 05/12/1848 à Chaunay (86), marié à Christine PINGAULT en 1870. En 1881, il est tisserand, elle est lingère. Jusqu’en 1886, ils demeurent à « Vant », petit hameau au sud de Chaunay. En janvier 1888, ils ont 6 enfants : Mathilde, 19 ans, Angèle, 17 ans, Achille, 14 ans, Geneviève Adrienne, 13 ans, Louis Oscar, 6 ans, Eveline, 2 mois, tous nés à Chaunay.

Le contexte au Paraguay

Entre 1864 et 1870 une guerre oppose le Paraguay à la Triple Alliance du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay. Après 5 ans de guerre, le Paraguay est anéanti ; il a perdu 40 % de son territoire initial et les deux tiers de sa population totale, dont 80 % des hommes. 

En 1890, la « Revue du Paraguay » indique que le pays compte alors 300 000 habitants ; la capitale, Asunciòn, environ 22 000 habitants. « Le français se parle beaucoup à Asunciòn et à la Villa Hayes où l’on trouve 228 Français, 112 Suisses et 14 Belges. En 1888, on note une augmentation sensible de population liée à un courant d’émigration vers ce pays. 4 à 5 vapeurs partent régulièrement toutes les semaines de Buenos-Aires pour Asunciòn. La fertilité du sol est admirable, les bois et essences y sont à profusion. L’exportation de bois durs et de construction acquiert tous les jours une plus grande importance ».

Qui est parti ?

Les PARADOT/PETIT et POUILLOUX/PINGAULT sont partis avec un certain nombre de leurs enfants. Les deux familles se connaissent-elles avant de partir ? Peut-être.

Alexis PARADOT (fils d’Alexis et de Marie PETIT) s’est marié avec Angèle POUILLOUX (fille de Louis et Christine PINGAULT). En 1888, il a 19 ans, elle en a 17. Où et quand se sont-ils mariés ? Mystère.

Le roman familial dit que leur premier enfant, Ermeline (grand tante de M. BOLCATTO), serait née sur le bateau.

Quand sont-ils partis ?

Sachant que les PARADOT et les POUILLOUX figurent sur les recensements de Chaunay jusqu’en 1886 ; que la dernière née des POUILLOUX est née à Chaunay en octobre 1887, à l’évidence, ils ne sont partis qu’à compter de 1888.

Pourquoi ?

Pourquoi un charpentier et un tisserand de Chaunay et leurs familles ont-ils émigré au Paraguay ? La réponse a traversé les époques et reste toujours d’actualité. On quitte son pays en quête d’un avenir meilleur, d’un eldorado.

Ces familles comme tant d’autres, étaient « appâtées » par un recruteur d’une des nombreuses agences de migration qui avaient passé contrat avec les gouvernements des Amériques (USA, Canada, Mexique, Brésil, Argentine, Paraguay, Chili….).

Dans le cas du Paraguay, la main d’œuvre étrangère était nécessaire pour développer le pays dévasté par 5 années de guerre. A cette époque, la coupe d’arbres pour les vendre en Europe était une des activités principales des colons dans toute cette région d’Amérique.

Comment ?

De quel port sont-ils partis et sur quel bateau ? Ils sont très certainement partis de Bordeaux (nos recherches sont en cours). La traversée durait alors entre 3 et 4 semaines. Pour traverser l’Atlantique Sud, les navires descendaient jusqu’à Dakar avant de rejoindre le Brésil. De là, ils redescendaient vers l’Uruguay pour terminer le voyage à Buenos Aires (Argentine). Ensuite, un bateau-vapeur remontait le rio Parana jusqu’au Paraguay.

Que s’est-il passé là-bas ?

Selon l’histoire familiale, Alexis PARADOT père, est décédé dans la forêt, écrasé par un arbre qu’il venait de couper. La famille (ou une partie de celle-ci) est restée au Paraguay au moins pendant 3 ans de plus car l’un des frères du grand père de M. BOLCATTO-PARADOT y est né en 1895 et a été inscrit au consulat de France à Asunciòn.

La veuve d’Alexis PARADOT, Marie PETIT, est revenue à Chaunay puisqu’elle réapparaît sur le recensement de Chaunay en 1896. Elle vit au « Fouilloux » (Chaunay) avec sa mère Jeanne MASSON qui meurt en 1901. Marie PETIT meurt en 1915 à Chaunay.

Des membres de la famille PARADOT se sont ensuite dispersés entre le Chili et l’Argentine.

généalogie, familles PARADOT et POUILLOUX de Chaunay, Vienne 86, au Paraguay

Familles PARADOT et POUILLOUX exilées au Paraguay ▲ clic sur l’image pour l’agrandir


Le PLUS à consultervous trouverez de nombreux documents sur la colonie agricole constituée par 400 français du sud-ouest partis de Bordeaux en 1855, qui s’installera près de la capitale paraguayenne Asunción. Cette émigration, qui a eu lieu dans un contexte historique particulier, est antérieure à celle de nos Chaunaisiens mais peut expliquer leurs motivations.

1 Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest Européen

Ci-dessous cartographie des lieux cités au cours de ce Challenge AZ.
Cliquez sur les épingles pour accéder aux articles déjà publiés.

Voir en plein écran

Une réflexion au sujet de « #ChallengeAZ │ C… De Chaunay au Paraguay »

  1. Un voyage au Paraguay. Embarquement immédiat pour Buenos Aires et remontons le rio Parana. Cela réveille des souvenirs de voyage au cours duquel j’ai pensé aux descendants de mes ancêtres.

Les commentaires sont fermés.