#ChallengeAZ │ E… L’école à Monts-sur-Guesnes

Si l’on ne doit évidemment pas « l’invention de l’école » à Charlemagne, puisque l’on estime qu’elle existait dès 3 000 av. JC, c’est au député Louis Joseph CHARLIER que l’on doit pour la première fois, en 1793, l’idée d’un enseignement primaire obligatoire, laïc et gratuit. L’éducation apparaît alors comme le plus sûr moyen d’enterrer définitivement la royauté.

L’école de Monts-sur-Guesnes

Dans la Vienne, c’est le 9 pluviôse an IV que les administrateurs du département organisent les écoles primaires. Les communes logent les enseignants qui sont autorisés à se faire payer par leurs élèves. La municipalité désigne les enfants qui sont instruits « gratis » pour cause d’indigence. Chaque école est divisée en deux sections, une pour les garçons avec un instituteur et une pour les filles avec une institutrice. Ces écoles sont sous la responsabilité des municipalités.

Le premier instituteur de Monts-sur-Guesnes est Thomas Joseph BLANGENOIS. Il est né en 1720 à Tournai en Belgique où il a commencé par exercer la profession de brasseur. Il était fils de Antoine BLANGENOIS et de Marie Joseph BLEUX. Il s’est marié le 12 mai 1750 à Fresnes-sur-Escaut dans le département du Nord, avec Marie Catherine WATTELET. Il vient en Poitou pour exercer la fonction d’agent des gabelles et comme il sait lire, écrire et compter il est vite accepté comme instituteur. Il est logé par la municipalité de Monts-sur-Guesnes dans le presbytère devenu Bien National. Il a 77 ans lors de l’inspection du 19 thermidor an V (6 juillet 1797) et son aptitude est reconnue. Il est aussi félicité par les administrateurs du canton.

Il n’exercera qu’un an car il décède le 13 floréal an VI à 7 heures du matin « d’une mort subite à son domicile maison de la ci-devant cure ». Il est remplacé par ROBINEAU qui se plaint le 19 brumaire an VII (9 novembre 1798), qu’il n’y ait que 8 élèves payants dans la classe.

Les administrateurs du canton expliquent que :
« Les besoins de l’agriculture retardent encore l’organisation. Il faut observer que depuis le 1er germinal jusqu’à la fin de brumaire, tous les jeunes gens depuis l’âge de 8 ans jusqu’à 20 ans sont occupés ou à labourer et bêcher la terre, ou à la garde des bestiaux dans les 6 communes du canton qui n’ont pas d’instituteurs … La majeure partie des habitants de ces communes, s’ils sont dans l’aisance, mettent leurs enfants dans les grandes communes pour les y faire instruire. Ceux qui sont pauvres suivant l’ancien usage, c’est que n’ayant pas les ressources pour payer un instituteur, ils sont très indifférents sur la science ou l’ignorance de leurs enfants. Pourvu qu’ils sachent un art mécanique, leur ambition est satisfaite.
Pour détruire cette funeste insouciance, il faut payer des instituteurs, les loger, et alors on verra les écoles primaires s’organiser et fleurir dans le canton car dès l’instant qu’on saura qu’il y aura une rétribution pour l’indemnité pour cause d’indigence et qu’il y aura un logement ou une indemnité équivalente, on verra des personnes vraiment républicaines se livrer à l’honorable fonction d’instruire la jeunesse »

A la Restauration, Louis XVIII promulgue l’ordonnance de 1816 qui prescrit que toute commune sera tenue de « pourvoir à ce que les enfants qui l’habitent reçoivent l’instruction primaire, et à ce que les indigents la reçoivent gratuitement ». Dans chaque canton un comité comprenant le curé, le juge de paix et, si possible, le principal du collège, est chargé d’œuvrer à l’essor de la scolarisation, tout en veillant au respect de l’ordre, des mœurs et de l’enseignement religieux. Dans les villages, le maire et le curé sont institués « surveillants spéciaux » de l’école.

Pour la première fois, un brevet de capacité, à trois degrés, est exigé des maîtres. Le troisième degré est attribué à ceux qui savent seulement lire, écrire et chiffrer ; le second à ceux qui savent en outre l’orthographe, le calcul et la méthode de l’enseignement simultané. Le troisième, plus savant, ne trouve alors guère preneur.

En 1819, le tableau de la situation de l’instruction primaire rempli par chaque maire indique qu’à Monts, 65 enfants (35 garçons et 30 filles) sont susceptibles d’être scolarisés, mais que seulement 35 enfants (25 garçons et 10 filles) ne le sont qu’effectivement.

BERNIER, le maire de Monts, explique que « La différence qui existe entre le nombre des enfans reçus dans l’école primaire et celui des enfans susceptibles d’y être appelés, provient de ce que deux femmes, sous le prétexte de garder des enfans, en enseignent 30, tant garçons que filles. On observe aussi que pendant 3 mois de l’année, l’école primaire est réduite à environ quinze enfans des deux sexes. »

Monts possède un projet d’école d’enseignement mutuel mais malheureusement la commune n’a aucun fonds disponible, puisqu’elle a été obligée de voter un impôt extraordinaire pour le logement de l’instituteur et l’éducation des pauvres.

En 1822, l’école est tenue par René GALLOIS. Il est né le 13 décembre 1758 à Châtellerault. Il est le fils de Jacques GALLOIS, tailleur d’habits, et de Anne BOBIN. Il épouse le 3 mars 1794 à Curzay-sur-Vonne, Marie Jeanne DUCAROY, originaire de Ménigoute. Leur fille, Joséphine Hortense sera aussi institutrice de l’école de filles de Monts à cette même date.

Lors de sa tournée de 1822, l’inspecteur DESCHATELLIER note :
« Le peuple du canton ne paraît pas très désireux de donner de l’éducation à ses enfants, Le comité s’assemble peu, il surveille les écoles. Le curé est très bien disposé. Le nombre moyen des élèves de chaque école est de 30 à 15. Le prix le plus ordinaire des leçons est d’un franc à 1 f 50. Les garçons et les filles sont séparés. L’instituteur Gallois se conduit régulièrement. Il fait réciter les prières et le catéchisme. La commune de Monts donne 150 francs à son instituteur, cette somme est pour l’indemnité de logement. Les livres dont se servent l’instituteur sont des livres de piété »

 En observations est noté :
« Le Sieur Gallois a cette année des droits par sa bonne conduite et les succès de son école au secours pécuniaire. C’est un bon maître qui sans avoir de grands talents tient fort bien ses élèves ; il est chargé de famille et dans une grande indigence. 
M. le Curé enseigne le latin à 5 à 6 élèves de sa paroisse. Il m’a dit qu’il n’en retirait aucune rétribution. En effet, j’ai cru m’apercevoir que tous les enfants appartenaient à des familles pauvres »

René GALLOIS décède le 15 novembre 1832 à Monts-sur-Guesnes.

L’achat d’une école.

Le 27 mars 1841, lors d’une séance extraordinaire, le maire fait observer au conseil que « la commune de Monts a intérêt, si elle veut profiter des secours accordés par le gouvernement, en faire l’achat avant 1844, époque fixée par l’ordonnance royale. Le maire propose à M. le Préfet l’autorisation d’acheter le local nécessaire. Après consultation avec M. l’inspecteur primaire le conseil décide l’achat d’un local. Dépense approximative : 4000 F.
Le 17 juillet 1841, le maire, à propos de l’école, fait savoir aux membres présents que l’achat du bâtiment se monte à 4100 F et que le devis des réparations est évalué à 5584,48 F.
La maison d’école aura 3 chambres et 1 grenier. La chambre au premier et le grenier sont destinés pour le logement de l’instituteur et les deux du rez-de-chaussée à la classe. »

La maison d’école en 1980 photo © Alain BOURREAU

Cette maison d’école sera utilisée jusqu’en 1884, date de construction d’une nouvelle classe dans la cour. A partir de cette date, ce bâtiment deviendra entièrement dédié au logement de l’instituteur.

 

Références :

  • GENEANET Arbres en ligne : Daniel MASQUELIER – https://gw.geneanet.org/281054 et Bernard POGE – https://gw.geneanet.org/bponge
  • AD 86 NMD Monts-sur-Guesnes 1796-1801 pages 53 et 54.
  • Archives communales de Monts-sur-Guesnes

Une réflexion au sujet de « #ChallengeAZ │ E… L’école à Monts-sur-Guesnes »

  1. Cette maison d’école je l’ai bien reconnue ! Bien des réactions à cet article… Les années ont passé et les changements se sont faits. Heureusement !!!

Les commentaires sont fermés.