#ChallengeAZ │ L… Lourdines, gargousses meurtrières

Stèle commémorative

La commune de Migné-Auxances possède de nombreuses carrières de pierre, en particulier au lieu-dit « les Lourdines ». Pendant la guerre 1914-1918, celles-ci sont réquisitionnées pour le stockage de munitions et deux ateliers destinés à la fabrication de « gargousses » installés sur le site. Deux cents femmes environ y travaillent dans des conditions précaires et sans aucune sécurité.

Le 8 décembre 1917, c’est le drame.

J’ai découvert le dossier concernant « l’incendie des Lourdines » il y a une quinzaine d’années dans la série R des Archives départementales de la Vienne et ai fait depuis de nombreuses recherches. Je souhaitais trouver la liste des ouvrières, des renseignements sur leurs conditions de travail, leurs rémunérations, mais aucun document n’existe sur le sujet (disparition volontaire suite au drame ? négligence ou décision de non conservation de pièces jugées inutiles ou sans intérêt ?). Les archives concernent uniquement l’accident et je n’ai rien trouvé aux Archives Nationales.

L’Avenir de la Vienne du 09 décembre 1917 ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Les rapports de police, celui du capitaine de la 9ème région et les enquêtes diligentées donnent assez peu de renseignements sur la cause exacte de l’incendie. Il semble que celui-ci ait été causé par une étincelle jaillie alors qu’une ouvrière, Madame LABANOWSKI, passait la gargousse qu’elle avait remplie à sa voisine qui devait la ligaturer. C’est la ruée vers les portes bloquées à cause du froid (disent certains rapports) et quinze femmes périssent carbonisées. Les secours vite organisés ont permis de transporter les survivantes à l’hôpital où sept d’entre elles sont décédées, portant le nombre de victimes à 22. La plus jeune avait 15 ans !

Très rapidement des échanges entre le préfet et les différentes institutions en font « une affaire d’état ».

Rapport du Préfet de la Vienne © Archives départementales de la Vienne ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Des obsèques nationales ont lieu en présence de très nombreuses personnalités et en particulier de Monsieur LOUCHEUR, ministre de l’armement qui salua le dévouement de ces femmes « mortes pour la France ».

Photos des obsèques des victimes des Lourdines © collection privée et Archives départementales de la Vienne ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Le temps a passé, les blessures de guerre se sont atténuées et on a beaucoup oublié. Cependant de temps à autre des enquêtes réalisées par des historiens, ou tout simplement des passionnés, apportent quelque éclairage sur cette catastrophe en publiant des interviews de survivantes traumatisées par ce qu’elles ont vécu.

Dès le début de mes recherches,  je me suis sentie « happée » par ce dramatique événement et ne l’ai plus oublié. Très souvent je pensais à ces femmes, à leur destin tragique. Le centième anniversaire a été le déclic et j’ai eu envie de les faire revivre, d’en savoir plus sur leurs vies, leurs familles et rechercher d’éventuels descendants. Tout naturellement la généalogie m’a ouvert la porte.

Je ne me rendais pas bien compte de l’importance de la tâche, car bien que domiciliées à Migné et Poitiers, j’ai été surprise de constater que la plupart d’entre elles n’en étaient pas originaires et venaient de différents départements souvent très éloignés. Cependant, plus j’avançais, plus j’avais envie de continuer et j’étais tellement liées à elles que je déclinais même l’aide de mes amies. Elles étaient devenues « ma famille ».

Généalogie de Julie COURTOISON © photos collection privée et Archives départementales de la Vienne ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

J’ai choisi de parler de l’une d’elle, Julie COURTOISON épouse de Gaston GRILLAS dont l’acte de décès mentionne qu’elle est née à Pont-la-Ville, Haute-Marne le 11 janvier 1859. Première contradiction, les prénoms de l’acte de naissance sont Virginie Mélisa !  Cependant il semble bien qu’il s’agisse de la même personne. L’ascendance est relativement facile car la famille a ses origines dans le même département, mais je ne parviens pas à trouver son mariage avec Gaston GRILLAS.

Le patronyme GRILLAS est courant à Migné-Auxances et je fais des recherches à l’ancien cimetière où une tombe attire mon attention : cinq noms y sont gravés, dont un « Gaston » avec les dates 1860-1932. Je suppose qu’il s’agit de l’époux de Mélina. Là, nouvelle anomalie, son prénom est : Gaston sur la tombe, Gaston dans l’acte de décès de Mélina, mais l’acte de naissance du 13 mai 1860 est au nom d’Armand, fils de Sophie SAVIN, reconnu par le père Charles Philippe GRILLAS le 5 Juin 1860 lors du mariage. A sa conscription en 1880, où il est ajourné pour faiblesse, il se prénomme aussi Armand  de même que sur son acte de décès où il est dit « veuf de Virginie Mélisa COURTOISON ». Il s’agit donc de la personne que je recherche. La déclaration est faite par son fils Georges sculpteur, auquel je m’intéresse. Je trouve son mariage à Migné, son décès à Poitiers avec mention de sa naissance à Paris 8ème arrondissement. L’acte de naissance m’apprend qu’il est fils d’Armand GRILLAS, maitre d’hôtel et de Mélina COURTOISON cuisinière. Je ne parviens toujours pas à trouver l’acte de mariage des parents, je fais donc une demande sur le forum du Cercle Généalogique Poitevin, et reçoit une réponse : ils se sont mariés dans le 9ème arrondissement de Paris le 6 juin 1895. Ensuite, ils sont donc revenus dans la commune d’origine du mari où je trouve leur décès.

Je m’interroge sur la possibilité d’une descendance mais l’interdiction de consulter les actes de naissances et mariages de moins de soixante-quinze ans rend la démarche difficile. Je trouve cependant la naissance de deux enfants de Georges et l’un d’eux m’interpelle car né à Migné le 20 octobre 1932. Les mentions marginales de son acte de naissance précisent qu’il s’est marié à Poitiers le 8 juillet 1957 avec Monique D. et décédé à Poitiers le 16 janvier 2003. Ces dates relativement récentes me laissent espérer qu’il existe des enfants. La consultation de l’annuaire téléphonique de Poitiers me permet de trouver un « Grillas R. », peut-être un fils? J’hésite un peu, gênée d’entrer dans l’intimité d’une personne inconnue et craignant un échec, mais «  je me jette à l’eau », et appelle. Je suis très anxieuse… J’entends alors une dame charmante à qui j’explique ma démarche et là, l’incroyable se produit : je suis au téléphone avec la veuve du petit-fils de Mélina COURTOISON. Nous étions l’une et l’autre très émues et avons pris rendez-vous. Visite très enrichissante et combien sympathique. Madame G. a été enchantée de me montrer ses superbes photos et m’a donné l’autorisation de les reproduire. Elle a été très contente que je lui offre son arbre généalogique car elle voue un véritable culte à sa famille et tout particulièrement à Mélina gardant précieusement des objets et des bijoux lui ayant appartenu. Nous avons bavardé longuement et sommes restées en relation.

C’est pour moi une très belle histoire.

J’ai trouvé quelques descendants ou collatéraux pour certaines des autres victimes et les ai rencontrés. Au cours de ces échanges, j’ai toujours ressenti chez mes interlocuteurs beaucoup d’émotion mais aussi un profond intérêt m’incitant à continuer mes recherches tant sur les victimes que sur  les personnes ayant travaillé dans les ateliers.

En complément, documentaire à consulter :
« il y a cent ans, 22 femmes périssaient aux Lourdines »
par Laurence SAMIT (Centre Presse)


Le PLUS du CGP : En 2017, le Cercle Généalogique Poitevin s’est associé aux commémorations du centenaire de ce drame. En octobre, une exposition sur la généalogie des 22 victimes a été présentée au cours de nos journées d’échanges à Lencloître. Elle a également été exposée à Migné-Auxances en novembre 2017 et dernièrement aux Archives départementales de la Vienne. Le Cercle met cette exposition à la disposition de tous ceux qui souhaitent la diffuser.

Pour voir l’exposition ==> suivez ce lien Généalogie des 22 victimes des Lourdines

Si vous êtes des descendants ou si vous avez des documents sur ces malheureuses, vous pouvez contacter Michèle POUSSARD (mb.poussard@orange.fr) ou le CGP

Exposition à Lencloître

Exposition à Migné-Auxances

Ci-dessous cartographie des lieux cités au cours de ce Challenge AZ.
Cliquez sur les épingles pour accéder aux articles déjà publiés.

Voir en plein écran

#ChallengeAZ │ K… Karrofum et le songe d’Aumode

Ruines de l'abbaye de Charroux

Ruines de l’abbaye de Charroux, Reproduction d’une gravure publiée dans le « Guide pittoresque du voyageur en France. T. 1 – Vienne » © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Karrofum est l’une des nombreuses appellations anciennes donnée à la commune de Charroux, notamment en 789, dans un diplôme de Charlemagne (selon Bouquet, tome V p. 762). Cette ville doit son origine à une célèbre abbaye de l’ordre de Saint-Benoît, fondée en 785 par Charlemagne et Roger, comte de Limoges (Dictionnaire topographique de la Vienne, par Louis Rédet, p. 96).

C’est en recherchant l’ascendance de ma branche DESMIER ou DEXMIER, orthographiée différemment en fonction des rédacteurs du XVIIe siècle, que j’ai fait une étonnante découverte.

Armoiries, famille DEXMIER  ou DESMIER, généalogie

Armoiries des DEXMIER – « Ecartelé d’azur et d’argent à une fleur de lis de l’un en l’autre »

Pierre DESMIER (°1704 †1780) était un laboureur installé à Saint-Saviol, dans le sud de ce que l’on ne nommait pas encore le département de la Vienne. Il épouse Jeanne Michelle PISSARD en 1726 à Civray. Ils ont au moins douze enfants, dont trois meurent dans les semaines ou mois qui suivent leurs naissances. Le dit Pierre était le petit-fils de Jean DESMIER (°1635 †1710) marchand sergier, lui-même fils d’autre Jean DEXMIER (°1609 †1669), sergent royal de la sénéchaussée de Civray et notaire de la terre de Boisseguain, lui-même descendant des DESMIER seigneurs de Nutin (paroisse de Surin) et du Roc (paroisse de Saint-Gaudent) et précédemment descendants des CHAUSSEROYE (de) seigneurs d’Airvault. Après la remontée de plusieurs générations j’atteins la famille MAINGOT, puis les vicomtes de Thouars descendants en partie de l’illustre famille des LUSIGNAN, ainsi que de Hugues CAPET (Source site Internet Capédia).

L’une des branches me mène à un personnage central de ma généalogie de la fin du Xe siècle, mais dont je ne descends pas étonnamment. Il s’agit de Aumode de GÉVAUDAN (†1005), fille du comte de GÉVAUDAN et d’Azalais dite Adélaïde d’ANJOU (épouse en secondes noces de Louis V fils du roi Lothaire et en troisièmes noces du comte de Provence).

Pourquoi Aumode m’a-t-elle passionné me direz-vous ?

Tout simplement parce qu’elle était une femme intelligente, ambitieuse et quelque peu extralucide. Par ses visions, elle a participé à l’histoire des comtes du Poitou, dans laquelle je retrouve une bonne partie des mes ancêtres poitevins, en plein milieu du Moyen Âge.

Je vais donc vous conter l’histoire du songe étrange de la comtesse Aumode à Charroux, d’après Ademar, chroniqueur de l’époque, joliment reprise mais avec de minimes lacunes dans le livre de Jacques PINEAU(1) et reprise par moi-même à la vue des éléments de recherches de Michel DILLANGE, membre correspondant des Antiquaires de France et de nombreuses sociétés savantes.

L’histoire d’un songe

« Audebert comte de la Marche, était un homme rude et batailleur. Au roi Hugues Capet (°939 †996), qui lui reprochait ses turbulences en lui lançant : « Qui t’a fait comte ? », il répondit insolemment : « Qui t’a fait roi ? » (2) 

Or en 992, il se trouvait un jour chez son frère Boson dit le Jeune, au château de Rochemaux (rupes Madeldis) à Charroux. Son épouse Aumode, fille du comte de Gévaudan, l’avait accompagné. C’était une femme étrange, qui avait des « dons », notamment celui de voyance. Elle était jeune et belle (« Lasciniam juventutis », nous dit le chroniqueur). Or, un matin à son réveil, elle dit à son mari : « J’ai fait un beau rêve, j’ai rêvé que j’étais comtesse du Poitou. Comme mes rêves se réalisent toujours, tu vas rassembler ton armée, ton frère Boson la sienne, vous allez marcher sur Poitiers, et tu prendras la place de Guillaume(3) , le comte du Poitou. »

 Pareil discours ne pouvait que plaire à Audebert. Les deux frères rassemblèrent leurs armées, et se mirent en marche vers Poitiers. Cette ville était couverte au sud par la forteresse de Gençay qui, à l’époque, consistait en une grande tour entourée de palissades et d’un fossé. C’était la tour de Moncabré, construite lors des invasions Normandes. Audebert fit couper un grand arbre et le fit monter sur roues. Poussé vigoureusement par ses soldats, il enfonça la palissade et l’arbre servit de pont pour franchir le fossé. La forteresse fut bientôt prise.

Mais, pendant ce temps, Guillaume avait fait appel à son cousin le roi Robert (4) . Celui-ci lui envoya ses troupes, l’affront fait par Audebert n’ayant pas été oublié.

La rencontre eu lieu près de Gençay, Boson et son frère furent mis en déroute. Audebert fut tué par une flèche et la forteresse de Rochemaux à Charroux prise. Le comte du Poitou, Guillaume, était jeune et célibataire. Or, la comtesse Aumode, devenue veuve, était une femme qui s’y connaissait en enchantements et sortilèges. Elle sut vite plaire à Guillaume qui l’épousa. Ainsi son rêve fut réalisé. »

Cette union permet à Guillaume de diriger l’un des plus vastes territoires qu’a couvert le duché aquitain dans l’histoire, tout en préservant la paix, avec ses rivaux d’Anjou et de Bourges.

Je descends à la fois de la première union de Audebert Ier, par son fils Bernard Ier (992+1047) et du troisième mariage de Guillaume dit le Grand, duc d’Aquitaine avec Agnès de BOURGOGNE, dont Guy-Geoffroy dit Guillaume VIII (1023+1086), 13e duc d’Aquitaine (voir la synthèse de mes ascendances indiquées en gras).

Ascendance d'Aumonde de Gévaudan, généalogie, Charroux

Ascendance d’Aumode de GEVAUDAN ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Il y a une bonne quinzaine d’années, alors que je débutais ma généalogie, je m’étais intéressé à l’histoire ancienne du Poitou et m’étais plongé dans la lecture de l’ouvrage de Michel DILLANGE, « Les comtes de Poitou, ducs d’Aquitaine (778 – 1204) ». J’étais loin de penser qu’il s’agissait de l’histoire d’une partie de mes ancêtres.

Notes :
(1) source : « Charroux et sa région », page 75
(2) Hugues a été élu roi par l’assemblée des seigneurs
(3) Guillaume dit le Grand (°939 †1030) petit-fils de « Tête d’Etoupe »
(4) Robert II dit « le Pieux » (°972†1031)


Sources : 

« Charroux et sa région : mystères de leur histoire » par Jacques PINEAU, broché de 164 pages, éditeurs P. Oudin et E. Beaulu, 1978

« Les comtes de Poitou : Ducs d’Aquitaine (778-1204) » par Michel DILLANGE, reliure de 303 pages, Geste éditions coll. Histoire, 1995

Ci-dessous cartographie des lieux cités au cours de ce Challenge AZ.
Cliquez sur les épingles pour accéder aux articles déjà publiés.

Voir en plein écran

#ChallengeAZ │ J… La Jusie, une famille de noiseux « les BOURREAU »

La Jusie, Latillé, Vienne 86, cadastre napoléonien

Localisation de La Jusie, lieu-dit de Latillé, cadastre Napoléon © Archives départementales de la Vienne ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Les BOURREAU de la Jusie bastonnent à la Saint-Philibert

Le 05 août 1726 une information est ouverte contre BERTINEAU, BRIN, Louis, Pierre et Jean BOURREAU et leur sœur, AUBOURG femme BOURREAU, HERBOIREAU, accusés d’avoir maltraité la veille Mathurin fils de Jacques AUBIN aubergiste de Latillé.

Ledit Mathurin AUBIN malade git au lit et ne peut plus vaquer à ses affaires. Il se retrouve avec des chevaux sur les bras qu’il avait ramenés de la foire de Fontenay-le-Comte pour les revendre dans l’année. Pour cela et pour payer Bonaventure RENAULT le chirurgien qui l’a examiné, il demande réparation.

Ce dernier l’a trouvé fiévreux, une plaie sur le front de la largeur et de la profondeur de la moitié d’un pouce, une autre sur le haut de la tempe large et profonde d’un demi-doigt, une autre sur le coronal supérieur de la largeur d’une grosse fève, de nombreuses contusions sur tout le corps, du côté droit, du côté gauche, sur les vraies et fausses côtes, faites par des coups de pied et de bâton. Pour le chirurgien la guérison demandera plus d’un mois.

Joseph JARDEL, sénéchal de la châtellenie de Montreuil-Bonnin et Latillé, et François RANGER, son greffier, procèdent aux auditions :

  • Pierre LAVAULT de Latillé, 18 ans, rapporte que la veille jour de l’assemblée de la St-Philibert à Latillé, vers les 4-5 heures du soir, il jouait aux boules(1) avec Mathurin et Jean AUBIN frères, que les nommés HERBOIREAU et CHAUVEAU se battaient et que Pierre BOURREAU a voulu secourir HERBOIREAU. Mathurin AUBIN s’est alors interposé pour les faire cesser, quand les deux autres frères BOURREAU et leur sœur vinrent par derrière et le frappèrent de coups de bâton sur la tête et le corps.
  • Jean MARTINEAU (15 ans, fils du boulanger de Latillé) autre témoin assigné dit que HERBOIREAU et BRIN se jetèrent sur Mathurin AUBIN, lui donnant des coups de bâton, le faisant tomber à terre, que ledit BRIN lui asséna des coups d’une grosse trique par derrière.
  • François CHAILLOT (42 ans tisserand de Benassay), précise que Pierre BOURREAU de la Juzie, BERTINEAU (valet de DINET de la Bourdillière) et HERBOIREAU (fils du meunier de la Loge) étaient tous sur ledit AUBIN près du lieu où la MARTINELLE avait mis ses bouteilles et qu’ils lui donnaient des coups sur la tête.
  • Jacques (13 ans fils de Charles FOURE laboureur) de la Rouaudière de Latillé, témoigne aussi.
  • Estienne SOROIS (25 ans, laboureur de la Follye Marot de Latillé) précise que Mathurin AUBIN s’est retrouvé dans un fossé où il reçut les coups.
  • Jacquette PENIGAULT (45 ans, femme de MARTINEAU le boulanger qui vendait du pain au moment des faits), Marie (18 ans fille de Charles LUSSAULT servante du sieur LACHAPELLE), Jacques (13 ans fils de Louis TERRASSON tailleur d’habit), André GARNIER (45 ans marchand), ses enfants Marie (12 ans) et René (13 ans) et Marie LEVESQUE (38 ans femme de Pierre BRAULT marchand de la Croix Carrée), tous de Latillé, font des déclarations similaires.

Le grand nombre des assaillants et celui des témoins permet de penser que cette altercation a suscité un grand émoi dans la populace, que l’effervescence était grande dans la paroisse et alentours. Accessoirement on peut se demander si les bouteilles et le vin de la MARTINELLE ont joué un rôle essentiel dans l’affaire.

Identification des protagonistes

AUBOURG épouse BOUREAU l’une des vindicatives animatrices de ce fait divers permet d’identifier avec certitude la fratrie des BOURREAU dont ledit Pierre de la Juzye (Jusie) de Latillé : il s’agit de Renée AUBOURG épouse de Jean BOURREAU.

Louis et Pierre BOURREAU nés en 1704 et 1711 se marieront avec Françoise PINAUD et Jeanne GIRAULT en 1740 et 1735. Ils sont enfants du couple Louis BOUREAU et Marie BASTYE qui se sont mariés en 1694 à Cramard, un mariage quadruple, le même jour que deux frères et une sœur dudit Louis BOUREAU avec deux sœurs et un frère de ladite Marie BASTY.

Le couple Louis BOUREAU x Marie BASTYE a eu 4 autres enfants :

  • Marie (x Louis CHAILLOT),
  • Jeanne (x Mathurin DINET),
  • Pierre sans postérité,
  • et Renée (x André TAUPIN).

Louis BOURREAU veuf en 1705 s’est remarié deux fois :

  • avec Louise DEMON d’où un enfant René,
  • puis avec Marie-Anne PELAUD.
Famille Boureau, La Jusie, Latillé, généalogie

Arbre généalogique des BOUREAU de cette histoire ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Les quatre couples BOURREAU x BASTYE ont eu une nombreuse descendance, dont de nombreuses personnalités éminentes sont issues, entre autres Thierry PÉRONNET très humble vermisseau du Poitou et Jean-Marie PIGNON époux de l’excellente auteure polémiste des Deux-Sèvres Maud PIGNON.

Les « Jusie » de la Vienne

Le hameau de la Jusie est un écart de Latillé non loin de l’Auxance à côté du moulin du Pont-Aubert. Au début du 19ème siècle sur le plan du cadastre Napoléon on distingue 4 ou 5 bâtiments. La Jusie était sous l’ancien régime ce que l’on nomme une « métairie et maison noble », sous la mouvance de l’abbaye de Ste-Croix de Poitiers, constituée d’un ensemble de 3 à 4 maisons avec leurs dépendances. Son nom apparaît dans les actes dès le 14ème siècle et même avant.

On trouve aussi la Petite Jusie à Lavausseau et la Grande Jusie à Benassay dépendantes du chapitre de St-Hilaire-le-Grand de Poitiers. Leurs noms s’écrit avec la graphie Giusie sur le plan du cadastre Napoléon en 1830. Ces deux hameaux sont cités à partir de 1476 dans les actes.

Grande Jusie, Petite Jusie, Lavausseau, AD86

La Grande et la Petite Giusie (Lavausseau), cadastre Napoléon © Archives départementales de la Vienne ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

(1) Les jeux de boules étaient très populaires sous l’ancien régime, avec de nombreuses variantes locales, les boules étaient en bois et plus grosses que les boules de pétanque actuelles.

Sources :  Archives départementales de la Vienne série 8-B-169 justice seigneuriale de Montreuil-Bonnin et Latillé

Ci-dessous cartographie des lieux cités au cours de ce Challenge AZ.
Cliquez sur les épingles pour accéder aux articles déjà publiés.

Voir en plein écran

#ChallengeAZ │ I… Je me souviens de la Belle Indienne

C’est un hameau de la commune de Sérigny situé à 5 km du bourg sur la D757 entre Orches et Richelieu : La Belle-Indienne. 

Ce lieu est la source de souvenirs familiaux et je me suis toujours demandée qu’elle était l’origine de ce nom atypique. Je ne pense pas que les indiens soient venus dans notre Poitou ! D’après la mémoire locale, l’origine de ce nom peu banal pour notre région viendrait d’une petite épicerie possédant un rayon mercerie, avec des cotonnades à fond sombre appelées « Belle-Indienne ». C’est en l’honneur de ces étoffes que l’épicerie aurait porté comme enseigne : « A LA BELLE-INDIENNE ». Et tout naturellement le hameau qui s’est formé autour aurait pris son nom !

Cette rumeur pourrait être confirmée par les recensements. Il semble en effet que l’épicerie apparaisse dans le hameau entre 1891 et 1896. En effet, on ne trouve aucune trace de l’épicerie en 1891. En revanche, en 1896, on recense 10 foyers dont :

  • un boucher : Grégoire CHEDEVERGNE et son épouse,
  • un instituteur : Charles GUITON avec son épouse et son fils,
  • une institutrice : Marguerite BOUTIN avec son époux, sa fille et un domestique,
  • un cordonnier : Octave DELAGARDE avec son épouse Marie LAURIN aubergiste,
  • un cantonnier : Louis GARNIER avec son épouse et ses enfants,
  • un sabotier : Vincent BEAUVILLAIN,
  • et une épicière : Zoé BERTIER. 

En 1901 on trouve beaucoup de métiers au bourg, mais, à La Belle Indienne, il n’y a plus qu’un couple d’instituteurs (Charles GUITON et sa femme) et le cantonnier. On retrouve l’épicière à Gençay, un hameau tout proche. Il s’agit certainement d’une erreur de recensement car en 1906 et en 1911 notre Zoé est toujours à La Belle Indienne. En 1911 elle a 76 ans et on la dit rentière. Combien de temps a-t-elle tenu son épicerie, mystère ? On sait, d’après le BODACC (Bulletin officiel des annonce civiles et commerciales), que l’épicerie a porté le nom de « LA BELLE INDIENNE » jusqu’à sa cessation d’activité en 1970.

En reprenant les recensements antérieurs, on s’aperçoit que ce hameau apparaît de façon épisodique. Ainsi en 1851, on recense un foyer dans ce hameau et par la suite il n’est plus cité. Cette recherche met donc à mal la croyance locale telle qu’elle m’a été racontée. 

Le mystère s’épaissit quand, au cours de recherches, on apprend que « La Belle Indienne » était le surnom donné à la veuve SCARRON avant qu’elle devienne la Marquise de MAINTENON. Ce surnom faisait référence à son enfance qu’elle avait passée en Martinique. 

Alors, qui de l’épicerie ou du lieu a donné le nom à l’autre ? Le lieu est-il un hommage à la Marquise ? Cela reste un mystère.

L’évocation de cette épicerie est liée à ma grand-mère paternelle, Joséphine LEBLANC  qui l’a probablement fréquenté et certainement assisté à sa création.

C’est au lieu-dit La Croix, à 1 km de La Belle Indienne, que ma grand-mère voit le jour l’été 1864, quatrième enfant d’une fratrie de six (2 filles et 4 garçons). 

Quatre enfants sont nés à la Croix, Flavie et Camille à la Ménonière, mais Flavie décède à 1 mois. Le père décède à 43 ans à Fourneuf  laissant 5 enfants mineurs (âgés de 12, 11, 8, 6 et 2 ans). La mère décède à 56 ans à la Galiserie. Elle ne s’était pas remariée : exceptionnel, pour une veuve avec de jeunes enfants. Au décès du père, la famille habite Fourneuf avec un domestique et une servante. Mais en 1876 il n’y a plus qu’une servante, les enfants ayants grandis. En 1881 la famille habite Gençay sauf Joseph qui est parti pour le 32ème régiment d’infanterie.

Mes grands-parents : Vincent Marcellin POISSON et Joséphine LEBLANC © photo collection privée

Ma grand-mère Joséphine se marie en 1885 avec Vincent Marcellin POISSON. Ils auront 14 enfants :

  • Joséphine (° 1885 à Fourneuf   † à 10 jours),
  • Marcellin (° 1886 à Gençay  † en 1914 en Moselle),
  • Camille (° 1888 à Saint-Bonnet   † en 1918 dans l’Aisne),
  • Aristide (°1891 à Gençay),
  • Emile (° 1892 à Bellebâte  † en 1893 à 3 mois ½),
  • Marie-Baptistine (° 1893 à Bellebâte),
  • Alida (° 1895 à Bellebâte),
  • Emilia (° 1896 à Bellebâte),
  • Maximin (° 1898 à Bellebâte),
  • Octave (° 1900 à Bellebâte),
  • Isabelle (°1901 à Bellebâte),
  • Lucienne (°1904 à Bellebâte),
  • Félicien (° 1907 à Bellebâte),
  • Renée (° 1910 à Berthegon).

© Mémoire des Hommes ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

© Mémoire des Hommes ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Situation géographique des hameaux de Sérigny cités dans l’article

Pendant 18 ans ils ont habité Bellebâte une ferme du XVème siècle, située au milieu des champs, en haut d’un coteau, la ferme à cour carrée fermée, typique de la région, domine le paysage environnant. L’accès se fait par une une large porte cochère, flanquée d’une autre piétonnière  également en plein cintre. Selon les dires locaux, il subsisterait des traces d’une chapelle, d’où partaient des couloirs souterrains en direction de la tour Legat et de la tour Gonzay, ces deux forteresses ayant été construites au XVème siècle pour protéger Châtellerault. Plusieurs cercueils de pierre ont été mis au jour à quelques dizaines de mètres du logis, qui abrite une exploitation agricole.

Ferme de Bellebâte (Sérigny)

 

Ci-dessous cartographie des lieux cités au cours de ce Challenge AZ.
Cliquez sur les épingles pour accéder aux articles déjà publiés.

Voir en plein écran

#ChallengeAZ │ H… Haut Messemé : Messemé 1906, un village loudunais se révolte !

Messemé, Vienne 86

Eglise Saint-Césaire de Messémé, théâtre de cette histoire

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir la mention de notre arrière-arrière-grand-père Alexandre MAINAGE, vivant au HAUT-MESSEMÉ, et de sa participation à cet événement historique qu’est la Querelle des inventaires à la fin du registre paroissial de la paroisse Saint-Césaire Messemé de l’an 1906 dont nous vous avons retranscrit ici l’extrait et développé l’histoire.

Avant tout propos il est bon de rappeler l’origine du nom Messemé. Messemé constitue l’héritière de l’ancienne Maximiacum ou Villa Maximii. Le village s’est donc développé à partir du domaine de Maximius, un riche propriétaire terrien de l’époque gallo-romaine. Le village apparaît sous l’appellation Maximiaco dans un écrit du IXe siècle. Il deviendra Mayxime au XIIe siècle (Source : CASSAGNE Jean-Marie, KORSAK Mariola. Origine des noms de villes et villages de la Vienne. Édition Jean-Michel Bordessoules).

Dans la Gazette du Loudunais de juin 1970 (n°56) il est précisé que les moines de Saint-Philibert possédaient Messemé, que Charles le Chauve leur avait donné, et qui d’ailleurs tomba aux mains des Normands. 

L’église romane fut victime de la campagne de reconstruction qui a marqué la fin du XIXe siècle, elle fut complètement rasée ; la nouvelle église fut bénie le 2e dimanche de l’Avent, 13 décembre 1903. Elle fut consacrée avec son autel principal par Mgr Henri PELGÉ, évêque de Poitiers, avec séparation des reliques de saint Jucandin et de sainte Honorée le 7 avril 1904.

Deux ans après la consécration de l’église paroissiale de Messemé, ses paroissiens se révoltent contre le gouvernement de la République pour protéger l’édifice.

Transcription du texte présent aux Archives de Catholicité de l’Archidiocèse de Poitiers, et non l’exemplaire du registre paroissial de Messemé, conservé à Ceaux-en-Loudun, dont la rédaction du texte diffère très légèrement ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Le receveur de l’enregistrement, Monsieur FAULCON, a annexé à la minute de l’inventaire le contenu de la protestation du curé de Messemé. On peut retrouver ce document dans les archives paroissiales de Messemé, conservées à Ceaux-en-Loudun.

D’après Les Inventaires de 1906 dans le diocèse de Poitiers de Jérôme GRÉVY, publié en 2006 au Tome V de la Revue Historique du Centre-Ouest, nous savons que l’évêque de Poitiers reçut une lettre du curé de Messemé datée du 27 février 1906 dans lequel celui-ci précise que l’initiative de fermer les portes de l’église venait des paroissiens et qu’il les avait laissé agir : « Je pense, Monseigneur, que vous ne m’en voudrez pas d’avoir laissé faire les catholiques de Messemé qui voulaient résister ». Dans cette même lettre, on constate que le curé de Messemé subit l’inventaire comme un abus de pouvoir, une violation de propriété privée, utilisant un terme de droit commun pour le qualifier : « cambriolage ».

Nous avons retrouvé cette lettre adressée par l’abbé MOULIN à Mgr PELGÉ aux Archives Historiques de l’Archidiocèse de Poitiers, dont voici ici la transcription complète.

Un autre document a été annexé par FAULCON à la minute de l’inventaire… et il semble évident que ce soit le discours de protestation lu par notre trisaïeul Alexandre MAINAGE.

Notons un point essentiel qu’il est possible de relever à la lecture des documents : Monsieur FAULCON est qualifié d’honorable, il est reçu avec beaucoup de respect et de considération, peu critiqué par le curé qui pense même que sa charge de receveur lui pèse moralement en ce jour à Messemé et, dans son inventaire, FAULCON parle de « Sainte-Vierge » et non de « Vierge Marie », ce qui laisse déduire que le receveur FAULCON était un catholique pratiquant, n’approuvant pas les Inventaires, mais contraints d’exécuter les devoirs de sa charge à contrecœur.

D’après Un épisode de la Séparation de l’Église et de l’État : les inventaires dans l’ancien arrondissement de Loudun (1906) d’Annie MAILLET (octobre 1971), Messemé était une commune de Droite, les élections de 1904 voient le succès de la liste réactionnaire et les législatives de 1906 donnent la majorité à HIGNETTE, candidat de droite avec 40% des voix.

La vie politique de Messemé était dominée par la personnalité du maire de la commune, le comte François ROULLET de La BOUILLERIE, grand notable, domicilié au château de La Motte de Messemé, grand propriétaire (302 ha, 95 ares, soit près d’un tiers de la commune) ; président du syndicat agricole de Messemé, possédant cinq fermes et une métairie.

La commune de Messemé en cette année 1906 était composée par une majorité d’agriculteurs, dont 102 propriétaires vivant exclusivement de leurs biens, 21 fermiers, métayers ou colons, deux industriels, deux commerçants, un fonctionnaire et deux habitants exerçant une profession libérale.

Il est certain que Messemé était connue comme étant la paroisse la plus pratiquante du Loudunais, dans un discours prononcé le 25 mars 1943 par le curé de la paroisse lors de la visite de Mgr Édouard MESGUEN, évêque de Poitiers, venu pour célébrer les Confirmations (ce qui n’était pas arrivé depuis le Cardinal PIE !), discours que l’on peut retrouver aux Archives Historiques de l’Archidiocèse de Poitiers, montre que près de 40 ans après les événements de 1906, la Foi Chrétienne des Messeméens était toujours bien encrée !

▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Suite à la suppression des Conseils de fabrique par la Loi de 1905 et la constitution des Associations cultuelles de fidèles, l’évêque de Poitiers, contraint par la nécessité, fit contre mauvaise fortune bon cœur, nommer des conseils, dévoués et respectables paroissiens, afin de gérer l’administration paroissiale de Messemé. C’est ainsi que, sur proposition du curé de la paroisse, notre aïeul Alexandre MAINAGE se voit nommé par Mgr PELGÉ le 07/10/1907, avec le comte de La BOUILLERIE et Jean PINSARD, à cette fonction, comme en témoigne le registre de fabrique ci-contre.

Armoiries de la famille de MESSEME : « De gueules, à six feuilles de palmier d’Or appointées en Cœur » ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

É

É

Notons que dans son discours de 1943, le curé de Messemé précise que, bien que malgré l’absence de prêtre résident dans le village, grâce à l’engagement « d’un certain nombre de familles vraiment chrétiennes toujours prêtes à rendre service » (tels les ROULLET de La BOUILLERIE), le christianisme est demeuré vivace dans la paroisse, la présence dans la paroisse de mouvements tels que de La Ligue, la Jeunesse Agricole Catholique (J.A.C.), la Confrérie des Enfants de Marie devenue Jeunesse Agricole Catholique Féminine (J.A.C.F.), diverses Œuvres d’enfants, la Confrérie des Mères Chrétiennes et la Confrérie du Très-Saint-Rosaire-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie… parmi lesquels nous retrouvons des membres des familles MAINAGE et ROULLET de La BOUILLERIE. On trouve ainsi la mère, la grand-mère maternelle, l’épouse, la belle-mère, la belle-fille et la petite-fille d’Alexandre MAINAGE parmi les membres de la Confrérie du Saint-Rosaire, et son épouse Clémentine (née BLONDEAU) en tant qu’assistance trésorière de la Confrérie des Mères Chrétiennes en 1910.

La Médaille de Saint-Hilaire ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Le curé de la paroisse mentionne même dans son discours de 1943 que depuis trois ans, le Denier du Culte a plus que doublé dans la paroisse. Notons – et ce n’est pas un détail négligeable – qu’il évoque « les excellentes dispositions qui animent les autorités communales ci-présentes qui se soignent [à lui curé pour offrir à l’évêque] l’hommage de leur profond respect », et notamment que le maire de la commune, Léon PINSARD, est également le sacristain de la paroisse, mais aussi son organiste et son chantre, et que ce dernier a été décoré en 1942 de la Médaille de Saint-Hilaire ! Le curé utilise même cette expression : « Ainsi, il ne saurait y avoir de plus complète union entre l’autorité civile et religieuse » !

Le comte Henri ROULLET de La BOUILLERIE (fils du comte François et de la comtesse, née Camille de MESSEMÉ) précise dans son exposé historique de 1943 sur l’Histoire Messemé lors de la venue de Mgr MESGUEN – document que l’on retrouve aux Archives Historiques de l’Archevêché de Poitiers cote Q1 boîte 15-2 – que l’église de Messemé, consacrée en 1904 par Mgr PELGÉ avait été « édifiée grâce à la générosité et à la ténacité du conseil municipal d’alors, contre l’opposition administrative (…) ». Il y précise en outre que Mgr PIE, évêque de Poitiers, est venu à Messemé afin de donner le Sacrement de Confirmation aux paroissiens et ce alors que le futur cardinal avait été « déféré [par le] Conseil d’État, pour avoir critiqué, dans un mandement, la politique de Napoléon III à l’égard du St Siège ; aussi était-il interdit aux maires de l’accueillir. Le Sous-Préfet de Loudun notifie cette défense au maire de Messemé [ndlr : Victor marquis de MESSEMÉ (1818-1885)] qui, loin de se soumettre accueillit et même reçut chez lui le futur cardinal. Pour cette désobéissance civile mon grand-père [ndlr : le marquis Victor de MESSEMÉ étant le grand-père maternel d’Henri ROULLET comte de La BOUILLERIE] fut révoqué pour une année, au cours de laquelle le conseil municipal de Messemé refusa de le remplacer à la mairie ».

En outre, sous la Révolution française, l’abbé Jacques BLUCHAU, curé de Messemé, devint réfractaire à la Constitution civile du clergé de 1790, constitution condamnée par le St Siège l’année suivante. Il trouva alors refuge pendant tous les troubles révolutionnaires – et ce, jusqu’au Concordat de 1801 –, au Château d’Étrepieds (commune de Sammarçolles) et ce, avec la complicité de la population locale des villages de Sammarçolles et Messemé.

Dans l’Histoire religieuse de la paroisse de Messemé depuis la Révolution jusqu’à la fin du XIXe siècle, rédigé en 1910 par l’abbé DEPOIX, curé de Messemé, Historique que l’on retrouve aux Archives Historiques de l’Archevêché de Poitiers cote Q1 boîte 15-2, on peut lire : « M. BLUCHEAU, curé de Messemé, était obligé de se cacher dans un village actuellement de Sammarçolles, nommé Étrepieds, on m’a même dit qu’un certain père CHAVENEAU, grand-père d’un habitant actuel de Messemé lui servait la Ste Messe lorsqu’il célébrait derrière un tas de paille dans une grange de ce village ».

La révolte de 1906 à Messemé n’était donc pas un épisode aléatoire, car bel et bien on constate que le village était coutumier du fait d’une désobéissance civile pour son allégeance à la Foi Catholique !

À la fin du XIXe, il y avait encore des vignes réputées à Messemé : lors de la visite du Président Sadi CARNOT, en septembre 1892, à Poitiers, au banquet de trois-cent-dix couverts, qui eut lieu ans la salle des pas perdus du Palais de Justice, il y avait au menu… du vin de Messemé !

Enfin, nous ne pouvons terminer cet article traitant du village de Messemé et de l’implication que feu notre arrière-arrière-grand-père montra lors des événements de 1906, sans ajouter la biographie de notre arrière-grand-père, Léandre MAINAGE (1901-1972), qui fut maire de Messemé pendant 27 ans, et conseiller général du canton de Loudun durant l’affaire Marie BESNARD :

Léandre MAINAGE

Né le 24 mai 1901 à La Bottelerie commune de Messemé, Léandre Clément Marie Alexandre MAINAGE – dont nous avons le portrait ci-contre – est le 2e et dernier enfant, et unique fils, d’Alexandre MAINAGE (1864-1952) et Clémentine BLONDEAU (1869-1962). Ondoyé le 27 mai 1901, il est baptisé le 30 juin suivant en l’église St Césaire de Messemé. Son parrain était le vicomte Émery ROULLET de La BOUILLERIE (1890-1958), fils cadet des châtelains de Messemé.

La famille MÉNAGE (devenue MAINAGE suite à une erreur d’état civil) est installée au Haut-Messemé depuis le Consulat, commune où elle exerça, au fil des générations, les métiers de cultivateur, journalier, domestique et maçon.

Alexandre, le père de Léandre, ayant tiré un mauvais numéro, fut militaire pendant sept ans, et reçut en fin de carrière, le grade d’adjudant. À son retour de l’armée, il épousa une fille de son village natal, Clémentine BLONDEAU, et fut fermier du comte de La BOUILLERIE, à La Bottelerie, où naquirent Aline en 1892 puis Léandre en 1901. Aline, de 9 ans l’aînée de Léandre, fut sa marraine.

Clémentine BLONDEAU, mère de Léandre, surnommée “Titine”, est née à La Bruyère, commune de Messemé, d’un père cultivateur et maçon, et d’une mère couturière. Clémentine perdit son père très jeune, décédé à 41 ans en 1885 de ce qu’on suppose être un cancer de l’œsophage. La mère de Clémentine, Rose MAUBERGER, est décédée dans sa 99e année le 12 juin 1944, soit 6 jours seulement après le Débarquement des Alliés en Normandie, heureuse que (nous la citons) : “les Prussiens so[ie]nt enfin partis”.

Léandre, a certainement été élevé dans une famille profondément chrétienne, où le service à la collectivité publique jouissait d’un grand intérêt, d’où son attrait à devenir un élu local. En effet, son ancêtre François MAUBERGER fut maire de Sammarçolles sous la Révolution, un autre ancêtre François BLUCHEAU fut conseiller municipal de Messemé de 1840 à 1842 et membre du conseil de fabrique de Messemé jusqu’à sa mort en 1864, son oncle maternel, Auguste GUÉRIN, fut maire de Messemé de 1916 à 1919 puis de 1925 à 1935, et son père Alexandre MAINAGE fut également conseiller municipal à Messemé de 1919 à 1925.

Par son mariage avec Anne GUÉRIN le 10 novembre 1923 à Sammarçolles, Léandre MAINAGE devint également le gendre du premier adjoint au maire de Sammarçolles. Anne avait elle aussi plusieurs élus locaux parmi ses parents et alliés, notamment des ancêtres maires de Basses et Bournand, mais aussi des oncles et cousins maires de Basses, Sammarçolles et Morton.

Notons que le cousin germain de Léandre MAINAGE, Jean DUBOIS est « Mort pour la France » au cours de la Première Guerre mondiale. En outre, son beau-frère, Paul DEBIEN (époux d’Aline MAINAGE) fut décoré à titre posthume de la médaille commémorative de la Reconnaissance française pour fait de Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale, collaborateur du Réseau de l’abbé Emmanuel LANCRENON, curé de la paroisse Saint-Germain-des-Prés de Paris.

Léandre se lança dans l’exploitation commerciale de bestiaux, activité fleurissante et lucrative en cette France rurale de l’époque, ce qui lui valut ainsi une certaine respectabilité et notoriété locale, mais aussi de vivre confortablement, sans luxe ostentatoire.

Élu conseiller municipal à Messemé de 1935 à 1945, il devint le maire de la commune, de 1945, au lendemain de la Guerre, jusqu’à sa mort en 1972.

Sur le Front en 1939, il revint suite à la débâcle de 1940…

Il organisa le meeting aérien de Loudun du 21/08/1949, dans lequel des pilotes de renom et leurs acrobaties aériennes se succédèrent, tels Marcel DORET, Fernand MALINVAUD, Max GASNIER, René VINCENT, Louis CLÉMENT, René CURY, Adrienne BOLLAND, Maryse BASTIÉ, Paul CODOS, René FONCK, le commandant CANDESSUS, DEVILLIERS, DEZMOULIN, PELLEVOISIN, BUVRY, LUCAS… (Nouvelle République du Centre Ouest du 20/08/1949).

Fait chevalier (20/02/1957) puis officier (05/08/1966) du Mérite Agricole, Léandre MAINAGE devint le conseiller général de la Vienne pour canton de Loudun de 1955 à 1961.

De tendances gaullistes (non encarté), Léandre MAINAGE fut également candidat remplaçant de Guy PARTHENAY à la députation, sur la liste des Républicains indépendants non-inscrits lors des élections législatives du 23/11/1958 pour la circonscription de Châtellerault.

Parmi les nombreuses activités bénévoles qu’on lui connaît, il fut notamment Président du Bureau d’Aide Sociale de Messemé et Membre d’Honneur de l’Union Départementales des Sapeurs-Pompiers de la Vienne.

Décédé le 30 novembre 1972 d’un cancer de l’œsophage en son domicile du Haut-Messemé dans sa 71e année, ses obsèques le 2 décembre suivant à 15h00 en l’église du village, furent accompagnées d’un cortège impressionnant de personnalités locales, telles que Monsieur le Sous-préfet Jacques MILLORIT, Monsieur le Secrétaire Général de la sous-préfecture Max GUÉRINEAU, Monsieur le Sénateur-Maire de Loudun René MONORY, de nombreux conseillers généraux, maires de communes du Loudunais, Monsieur RAUD, ingénieur de la Régie d’Électricité représentant Monsieur le Président du Syndicat Intercommunal Jacques MASTEAU, Monsieur MARTIN, directeur de la Régie d’Électricité, le Lieutenant CHAMPION, vice-président de l’Union Départementale des Sapeurs-Pompiers, représentant le Président de l’Union, Monsieur Pierre HUGUET, avec une importante délégation des divers corps de sapeurs-pompiers de la région, Messieurs les représentants de divers services et coopératives agricoles, Messieurs les représentants de la Gendarmerie, etc., mais aussi d’une foule considérable d’anonymes et gens du pays venus rendre un dernier hommage au regretté maire de Messemé. En effet, l’annonce du décès de Léandre MAINAGE a peiné un grand nombre de familles du Loudunais, au sein desquelles il comptait beaucoup d’amis, en raison de ses hautes qualités humaines et de son dévouement à la collectivité, dévouement qui a été très efficace, car en tant que maire de sa commune et conseiller général du canton de Loudun, il sut mettre en pratique ses connaissances, notamment pour solutionner divers problèmes communaux et régionaux. L’assistance fut telle qu’à peine le quart des participants, autour de la famille, et des membres du conseil municipal, pu trouver place dans l’église.

Au cimetière communal, devant le cercueil, entouré de délégations d’anciens combattants avec leurs drapeaux, le premier adjoint au maire de Messemé, Camille DÉCHEREUX, rendit hommage, au nom de la municipalité, à celui qui fut pour tous un ami fidèle et dévoué, affirmant que sa vie peut se résumer sous le signe : « labeur et bonté ».

Le futur Président du Sénat, René MONORY, ayant tenu à s’associer à cet hommage, rappela que Léandre MAINAGE fut un véritable promoteur sur divers plans, et notamment pour le remembrement, avait fait de Messemé une commune-pilote.

Dans sa nécrologie, le journal La Nouvelle République du Centre Ouest s’associa également aux nombreux témoignages d’amitié adressés à la famille.

De son mariage avec Anne GUÉRIN, Léandre MAINAGE laisse trois enfants :

  • Christiane MAINAGE, épouse de Marcel JALLAIS, dont un fils fut maire de Tercé (Vienne), une fille maire de Saint-Léger-de-Montbrillais (Vienne), un fils conseiller municipal de Moirax (Lot-et-Garonne), un fils conseiller municipal de Loudun, et un petit-fils maire de La Chapelle-des-Pots (Charente-Maritime),
  • Pierre MAINAGE, qui fut comme son père avant lui, maire de Messemé, de 1989 à 1993, décédé lui aussi d’un cancer de l’œsophage en cours de mandat, et dont l’un des trois fils est toujours conseiller municipal à Messemé,
  • Jeannette MAINAGE (notre grand-mère maternelle), épouse de Pierre HÉRAULT, qui fut lui aussi élu, à Sammarçolles, comme conseiller municipal puis premier adjoint au maire.

Ainsi, la descendance de Léandre MAINAGE perpétue encore une longue tradition familiale d’élus au service de la collectivité…

La famille MAINAGE du Haut-Messemé en 1944
1er rang en haut (de gauche à droite) : Anne MAINAGE née GUÉRIN (1905-1995), Léandre MAINAGE (1901-1972), Clémentine MAINAGE née BLONDEAU (1869-1962), Pierre MAINAGE (1926-1993), Christiane JALLAIS née MAINAGE (1924-2017), Alexandre MAINAGE (1864-1952).
2e rang en bas (de gauche à droite) : Jeannette HÉRAULT née MAINAGE (1940-), Rose BLONDEAU née MAUBERGER (1845-1944).

À la douce mémoire de notre chère grand-tante Christiane JALLAIS MAINAGE qui nous a quitté l’an passé dans sa 93e année. Née à Messemé, elle fut une chrétienne convaincue, engagée et pratiquante, comme tous les Messeméens et Messeméenes. Le plus grand drame de sa vie fut qu’elle ne put mettre au monde, pour des raisons médicales, que « seulement » 11 enfants nés au Haut-Messemé entre 1946 et 1959, et ce alors que son rêve était d’être la mère 12 enfants, autant que le Christ avait d’Apôtres…


Pour aller plus loin sur la question des Inventaires dans le diocèse de Poitiers, vous pouvez consulter :

 

Ci-dessous cartographie des lieux cités au cours de ce Challenge AZ.
Cliquez sur les épingles pour accéder aux articles déjà publiés.

Voir en plein écran